Danses Standards

Valse Lente


La valse Lente, aussi appelée valse anglaise, est une danse de salon progressive caractérisée par de longs mouvements fluides et des élévations en vague des danseurs sur la piste de danse. Elle se distingue de la valse française et de la valse viennoise par ses grands déplacements sur la piste de danse et son tempo lent. Comme les autres valses, la musique qui l'accompagne est en 3/4. Cette valse se distinguant officiellement des autres durant les années 1920, elle se danse aujourd'hui socialement ou compétitivement principalement comme l'une des cinq danses standard de la danse sportive (DanceSport)..

La Valse Viennoise


La valse viennoise est une danse de salon progressive caractérisée par de longs mouvements fluides, rapides et tournoyants des danseurs sur la piste de danse. Elle se distingue de la valse française et de la valse anglaise par ses grands déplacements sur la piste de danse et son tempo rapide. Comme les autres valses, la musique qui l'accompagne est en Music3.svg
Music4.svg. Cette valse se danse encore aujourd'hui socialement ou compétitivement, notamment comme l'une des cinq danses standard de la danse sportive (DanceSport).

Le QuickStep


Le quickstep est une danse de salon progressive caractérisée par des grands pas rapides, sautillants et enjoués sur la piste de danse. Apparue au début du xxe siècle et tirant ses origines du foxtrot et du charleston, cette danse reste encore pratiquée aujourd'hui, principalement comme l'une des cinq danses standard de la danse sportive (DanceSport).

Slow Fox


Le slow fox est une danse de salon progressive caractérisée par de longs mouvements fluides et continus sur la piste de danse. Cette dénomination est répandue en France, en Suisse et en Allemagne mais le terme foxtrot est utilisé dans le reste du monde pour nommer cette danse. La danse est similaire en apparence à la valse anglaise mais se distingue notamment par le rythme en mesure Music4.svg
Music4.svg au lieu de Music3.svg
Music4.svg. Apparue au début du xxe siècle, cette danse reste encore pratiquée aujourd'hui, principalement comme l'une des cinq danses standard de la danse sportive (DanceSport).

Le Tango


Le tango semble avoir trouvé ses origines dans la habanera hispano-cubaine, véhiculée lors des fréquents contacts marchands entre le port de La Havane à Cuba et celui de Buenos Aires en Argentine. Au début, le tango est interprété par de petits groupes de musiciens jouant du violon, de la flûte, de la guitare et parfois en utilisant un peigne recouvert de papier à cigarettes en guise d’instrument à vent. L’instrument mythique, le bandonéon, n’arrivera que plusieurs années plus tard, dans les années 1900, et remplacera peu à peu la flûte. Dans un premier temps, le Tango se contente d’interpréter des mélodies déjà existantes, ou de leur donner des variantes qui ne sont jamais écrites puisque la plupart de ses interprètes ne savent ni lire ni écrire la musique. Au bout de quelques années, les premiers tangos écrits ne seront pas signés par leurs auteurs mais par des interprètes qui eux savent écrire des partitions et qui vont profiter de la popularité de certaines oeuvres pour y apposer leur nom et gagner un peu d’argent.

Danses Latines

Le Chachacha


Tout débute en 1948, lorsque Enrique Jorrín réorchestre un morceau populaire mexicain en combin
Comme il arrive souvent, il faut rechercher l’origine de la danse chachacha dans la musique sur laquelle elle se pratique.
ant deux rythmes cubains : le danzón et le montuno.
Ce morceau fut enregistré et diffusé plus tard, en 1953, et il connut un grand succès sous le nom d’Engañadora.
Les danseurs de l’époque repérèrent facilement les trois battements de bongo rapprochés caractéristiques de cette musique (rythme triple).
Ce rythme de percussion se traduisit en un pas chassé dans la danse.
Ce serait d’ailleurs le bruit des 3 glissements de pieds sur le sol du pas chassé qui donna le nom à la musique et à la danse : « cha cha cha », abrégé par la suite en « cha cha ».
La danse en elle-même est issue de la rumba et du mambo qui se pratiquaient déjà depuis plusieurs années.
Elle se diffusa très vite du continent américain vers l’Europe en 1954 en même temps que la musique

La Rumba


La rumba naît dans les patios des solares et les docks du port à La Havane (yambù et guaguanco) et à Matanzas (Siguirya et Columbia) au cours des années 1800 dans les milieux afro-cubains.
Le mot (peut-être dérivé de l’espagnol rumbo, en route…) désigne les fêtes nocturnes où on se rassemble (souvent dans les cours d’immeubles, les « solares ») pour chanter et danser.
C’est une musique faite de chants et de percussions. Au tout début, on utilisait les tiroirs des armoires (cajónes) ou des cageots de morue, les caisses des voiles des navires, les boîtes de cigares frappées à mains nues ou au moyen de petites cuillères en bois (cucharas), mais aussi les congas (appelées à Cuba, tumbadoras)

Le Jive


La cinquième des cinq danses latines en compétition de danse sportive, le jive, y tient la place correspondant au rock’n’roll en danse de salon.
Généralement très appréciée des compétiteurs, cette danse leur demande toutefois une énergie particulière, dans la mesure où, dansée sur un rythme rapide et reposant sur des jeux de jambes assez fatigants, elle clôture généralement les compétitions de danses latines.
Descendant du Lindy Hop, elle est devenue populaire en Europe pendant la Seconde Guerre mondiale par la musique swing de Benny Goodman, Artie Shaw, Tommy Dorsey et Glenn Miller, ce après avoir d’abord conquis l’Ouest, puis les médias du Nouveau Monde, en 1940, sous le nom de Jitterbug. Le boogie, le rock & roll ont aussi influencé cette danse, qui est très rapide.

Le Paso Doble


Le Paso doble est l’une des danses les plus simples à apprendre au départ. Le pas de base est en effet un simple pas de marche (le danseur part du pied droit, la danseuse pied gauche en arrière).
La tenue du couple est classique, mais il faut ensuite, pour adopter le style typique du paso, se souvenir que le danseur y joue le rôle du torero et la femme, celui de sa cape.
Le nom paso-doble signifie littéralement « deux pas », probablement parce cette danse est basée sur une simple marche stylisée.
C’est dans le contexte des corridas d’Espagne (qui existent depuis le XVIIe siècle) qu’il faut situer les origines du paso-doble. L’entrée des toreadors dans l’arène était accompagnée d’une musique au rythme marqué et au style martial. Au début du XIXe siècle, une danse se développa sur cette musique et dans cet esprit de corrida, lutte entre l’homme et le taureau.
Le paso-doble est associé à une mise en scène où l’homme joue le rôle du toréador et la femme joue le rôle de la cape. C’est pour cela que « l’habit de lumière » et l’attitude macho correspond bien au cavalier et la robe rouge et l’attitude provocante correspond à la cavalière. La scène finale du film « Ballroom Dancing » symbolise bien cet état de fait.
L’ensemble de la danse consiste donc en un jeu entre le danseur, sa danseuse et le taureau imaginaire.

La Samba


La samba est un genre musical et une forme de danse populaire du Brésil.
La samba est née dans les bidonvilles de Rio de Janeiro au début du XXème siècle. A la fin de XIXème siècle, avec l’abolition de l’esclavage, beaucoup de Noirs se sont dirigés vers Rio de Janeiro pour travailler dans les docks, comme vendeurs de rue, ou comme domestiques. Ils ont amené avec eux leurs danses et leurs percussions africaines.
Il y a plusieurs hypothèses sur l’origine du mot samba. Le mot samba aurait pu venir du mot angolais semba, qui veut dire umbigada – cette invitation à la danse qui consistait à se frotter nombril contre nombril. En umbundu, samba signifie « être animé, excité ». Dans les langues bantoues, samba veut dire » danser avec gaieté »